La vie et le quotidien des bourreaux du camp de concentration de Natzweiler-Struthof

Loïc Lutz

(c) History Archive, Fonds Karl Wurm. Au dos il est écrit: „K[omman]d[an]t[u]r-Stab. Vor der Kantine ,,Struthof“. K.L. Natzweiler. Im April 1944″

Si la Shoah et l’enfer des camps ont été possibles, c’est bien parce que des hommes, au niveau le plus élémentaire, ont transformé une idéologie racialiste et fondamentalement violente, en actes[1]. Depuis une vingtaine d’années, la Täterforschung a permis de montrer que dans les camps, ces hommes, faits de chair et de sang, vivaient dans un monde organisé autour de sa propre normalité, perçue aujourd’hui comme une absolue anormalité[2]. Par cette plongée au cœur de l’« abysse concentrationnaire » (N. Wachsmann), nous souhaitons ici dévoiler quelques aspects de la vie et du quotidien des bourreaux du KL Natzweiler, un camp érigé dès le printemps 1941 par le régime nazi dans une Alsace annexée de facto.

La SS des camps : une vie réglée

Le monde de la SS des camps est composé de deux groupes : la compagnie de garde et l’état-major (Kommandanturstab). Les premiers s’occupent de la garde « extérieure » du camp. Au camp-principal, ils sont environ 200 hommes, et plus souvent 150 si l’on retranche ceux qui sont en permission, en cure ou malades[3]. Leur mission principale est de garder et de surveiller les déportés jour et nuit, tant sur les miradors que sur les kommandos. D’autre part, les quelque 80 SS formant l’état-major constituent le noyau administratif du KL. Ils s’occupent de la garde « intérieure » et règlent la vie du camp, parmi lesquels les Blockführer (chef de Block) personnifiaient singulièrement le pouvoir de vie ou de mort sur les détenus[4]. D’autres SS occupaient un rôle de « bourreau de bureau » (Schreibtischtäter) : ils organisaient la censure, travaillaient au service téléphonique, à la cantine, s’occupaient de l’intendance, du garage automobile, tout cela témoignant bien d’une organisation de la terreur (W. Sofsky). Comme le prévoyaient le règlement et les ordonnances du commandant, la vie des SS était militaire et réglée, avec des relèves de gardes à heures précises et des horaires de « travail », des affectations et des fiches de postes établis à l’avance[5]. De toute façon, en tant que soldats politiques (B. Wegner), les gardiens étaient en état de guerre permanent : à l’instar de leurs camarades sur le front – protégeant la nation de l’ennemi de l’extérieur –, les SS du camp, eux, la protégeaient des « ennemis de l’intérieur »[6].

Mais être sentinelle dans un camp n’était pas de tout repos non plus. Ils effectuaient de très longues factions, observaient de très strictes rotations, étaient sans cesse contrôlées et suivaient de longs et épuisants entraînements et exercices militaires, telles les séances de tir obligatoires[7]. Comme le dit l’historien N. Wachsmann, « il y avait un immense gouffre entre l’image héroïque de soi des SS des camps et leur vie ordinaire »[8]. Leur vie était communautaire et routinière : il fallait vivre et évoluer au sein d’un groupe masculin encaserné et se soumettre à un règlement très strict. Le moindre écart entraînait une punition, comme une mise aux arrêts de rigueur : deux Blockführer ont ainsi été punis au motif qu’ils avaient dépassé leur temps de permission et avaient quitté le périmètre du camp sans autorisation[9].

Aussi, les patrouilles se relayaient toutes les deux heures et les mots de passe pour les contrôles changeaient quotidiennement (Adolf Hitler, Rommel, etc.). Un officier de service faisait des inspections à heures variables. Pour la majorité des gardiens, le camp est bien un lieu de travail qui, à défaut de procurer un épanouissement personnel, permet de vivre et d’échapper à la guerre. Un SS a par exemple dit : « au camp, j’étais nourri, habillé et je percevais la somme de 170 RM par mois. J’étais aussi armé d’un pistolet ». Enfin, on ne saurait occulter l’usage quotidien, rituel voire banal de la violence à l’endroit des déportés par les SS, dépositaires de la violence d’État dans les camps. Même si le règlement interdisait aux SS de maltraiter les prisonniers, la violence était omniprésente, comme l’était la mort. Quand ils n’assassinaient pas froidement des déportés, les gardiens pouvaient aussi être désignés pour participer à un peloton d’exécution, puis étaient récompensés avec de l’alcool, du tabac, etc.[10].

En dehors du travail, une vie normale ?

À l’inverse des déportés pour qui le camp était un lieu de survie, le camp était un lieu de vie pour les SS, formant un monde à part et étant organisé « hors de la vie normale », mais autour de sa propre normalité. Si la majorité des SS vivaient encasernés et loin de leurs familles – car beaucoup étaient mariés –, seule une poignée d’hommes et leur famille disposaient d’un logement dans les villages alentours[11]. Le commandant et sa famille vivaient dans une villa à proximité du camp. De même pour le Lagerführer W. Seuss qui utilisait une mobylette mise à disposition par la SS pour se rendre de chez lui au camp[12]. La vie de famille de Seuss était normale, ses enfants allaient à l’école et il aimait se promener avec eux pour chercher des champignons en forêt. Mais d’un autre côté, Seuss n’a pas hésité à inciter son enfant à jeter des pierres sur les déportés[13]. Souvent absent du camp-principal pour cause d’inspections dans les camps-annexes, le commandant Hartjenstein pratiquait « la chasse » à proximité du camp, soit « de bonne heure le matin ou tard le soir »[14]. La majorité des SS attendaient leurs permissions pour retrouver leurs proches, même si cet éloignement n’a pas empêché la poursuite de relations sentimentales : un cadre SS a notamment avoué avoir eu une maîtresse. Un ordre du commandant Hüttig avait même réglé l’utilisation de la piscine, interdisant aux SS de s’y baigner seuls, afin d’éviter les accidents[15] !

(c) Holocaust History Archive, Fonds Karl Wurm. Légende écrite par Wurm au dos de la photographie: „Am Sonntag, den 13.2.44 bei einem Schluck auf unser Wohle in der Kantine. Struthof Natzweiler“

Le caractère normal et banal des bourreaux du KL Natzweiler se dévoile à nous d’une manière plus flagrante encore au travers d’un fonds inédit de lettres et de photographies. En effet, le SS Karl Wurm, chauffeur du médecin-chef, entretenait une relation épistolaire soutenue avec son épouse restée en Autriche. Au fil de ses lettres enflammées – et ornées de beaux dessins floraux –, celui qui appelle les déportés des « terroristes », rappelle à sa femme ô combien elle lui manque. Il lui raconte notamment ses promenades faites avec son camarade de chambrée (un « bon gars », dit-il) : ils se promenaient en forêt, se couchaient dans l’herbe à la lisière de la forêt pour contempler le paysage et profiter du beau temps. Ils allaient aussi en ville, allaient au cinéma ou allaient boire du vin, des bières ou du schnaps au mess. Il mentionne un Kameradschaftsabend, où l’ambiance était très bonne et où des SS du camp ont fait de « très bon tours de magie », le tout en musique, évidemment. Car la vie des SS pouvait être agrémentée de petites soirées, où les familles étaient cordialement invitées[16].

Comme tous les camps de concentration, le KL Natzweiler est un véritable microcosme, un monde organisé selon sa propre normalité. Les SS qui y étaient en poste y vivaient littéralement. Si leur vie était réglée, minutée et stricte, puisqu’elle s’insérait dans un cadre militaire et autoritaire véritablement organisé, on constate également qu’elle laissait aussi la place à une part de légèreté et de loisirs, laissant libre cours à leurs envies personnelles.


[1] Christopher BROWNING, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris : Tallandier, 2007, p. 30,

[2] On renvoie ici à Robert STEEGMANN, « Biographie des bourreaux », colloque Natzweiler-Struthof. Un camp de concentration nazi sur les deux rives du Rhin, 2 et 3 décembre 2015, Paris : Institut historique allemand.

[3] Voir les Veränderungszettel : BArch Berlin, NS 4 NA 18 et 18a (compagnie de garde) ; 19, 19a et 19 b (état-major).

[4] Robert STEEGMANN, Struthof. KL Natzweiler et ses kommandos : une nébuleuse concentrationnaire des deux côtés du Rhin, 1941-1945, Strasbourg : La Nuée Bleue, 2005, p. 321-358.

[5] BArch Berlin, NS 4 NA 9 ; BArch Ludwigsburg, B162/20274, PV Josef Sch., Bl. 66-68.

[6] BArch Ludwigsburg, B162/20262, Unterricht über Aufgaben und Pflichten der Wachposten in einem KZ, Bl. 197-204.

[7] BArch Berlin, NS 4 NA 23, Schießbefehle, Bl. 2-9.

[8] Nikolaus WACHSMANN, KL. Une histoire des camps de concentration nazis, Paris : Gallimard, 2017, p. 151.

[9] BArch Berlin, NS 4 NA 49, Rapport du Schutzhaftlagerführer W. Seuss, 31 juillet 1944, Bl. 40.

[10] Voir p. ex. BArch Berlin, B162/20261, Bl. 47 sqq. ; Metz Ordner 11, PV Heinrich W. ; B162/20262, Bl. 197-204.

[11] BArch Berlin, NS 4 NA 20, Bl. 27. Sur les 1.500 gardiens identifiés par Robert STEEGMANN, plus de la moitié d’entre eux sont mariés et père de famille : voir STEEGMANN, « Biographie des bourreaux », art. cit.

[12] BArch Berlin, NS 4 NA 9, Bl. 55 et 134. Une formation de conduite a même été organisée au camp en 1942 pour certains SS, avec des leçons obligatoires. Les SS se sont ensuite rendus à Dachau pour y passer l’examen de conduite.

[13] Anthony WEBB, Trial of Wolfgang Zeuss et alii, London : W. Hodge, vol. 5, p. 102 ; AD67, 406 D 3.

[14] BArch Ludwigsburg, B162/20275, PV F. Hartjenstein, 23 janvier 1950, Bl. 153-168.

[15] BArch Berlin, NS 4 NA 9, Kommandanturbefehl Nr. 4/41, 7 juin 1941, Bl. 80.

[16] Voir http://holocaust-history-archive.com/wp/konzentrationslager-natzweiler-karl-wurm-photos/. Sur ces soirées, voir BArch Berlin, NS 4 NA 9, Bl. 98. Pensons aussi à l’orchestre de déportés mis en place par le commandant J. Kramer.

Loïc LUTZ est auteur d’un mémoire de recherche sur Les frères Seuss : itinéraires et parcours de deux bourreaux concentrationnaires nazis, réalisé sous la direction d’Audrey KICHELEWSKI, Université de Strasbourg, 2019, 929 p. Il a présenté les résultats de ses recherches à l’occasion de la Journée d’étude sur „La vie quotidienne en zone frontalière franco-allemande dans la première moitié du 20e siècle. Perspectives transnationales“ à Strasbourg le 14 et 15 mars 2019.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.