Pratiques et comportements d’élèves en Alsace – Schülerpraktiken und -verhalten im Elsass, 1940-1945

Musée historique de Strasbourg. Cahier de B.L. (3. Klasse). 1942/1943.

Salomé Troestler

— résumé allemand en bas —

« Je ne vois pas bien ce que je pourrais vous raconter ». Voilà une phrase entendue à maintes reprises au début des entretiens menés dans le cadre de cette recherche en master. Les témoins, écoliers ou écolières en Alsace occupée entre 1940 et 1945, se montrent pourtant bavards. Rappelons le contexte bien particulier de leurs expériences scolaires qui les ont presque toujours profondément marqués.
De facto, la région est annexée au Reich allemand et forme entre juin 1940 et mars 1945 avec la Bade le Gau Baden-Elsaß. Les administrations dont notamment les institutions scolaires connaissent alors une politique de germanisation, mais aussi de nazification. Cela concerne particulièrement le corps enseignant, qui va subir une (ré)éducation forcée : l’Umschulung. Des instituteurs alsaciens sont envoyés en stage en Bade, pendant que des Badois sont envoyés enseigner en Alsace. Si cette situation d’annexion et de guerre semble avoir eu une influence considérable sur les expériences des instituteurs dans le cadre de l’école, qu’en est-il des élèves ? Non concernés directement par le phénomène d’Umschulung, comment ont-ils vécu ces années d’occupation et de guerre à l’école ?

Depuis que l’on s’intéresse à l’enfant (et à l’élève) comme objet historiographique, de nombreux courants se sont développés. Un thème récurrent est celui de « l’enfant victime » (du travail, d’abus, de maltraitance). L’enfant est passif et subit. Il est bien plus rare qu’il soit considéré comme un acteur historique. En considérant que les enfants ne sont pas uniquement des victimes, mais qu’ils possèdent aussi leur agentivité propre, ce contexte, d’occupation et de guerre, a-t-il élargi la capacité d’action des élèves, ou au contraire, celle-ci s’est-elle réduite ? Quelles stratégies ont-ils développées au quotidien à l’école, dans ce contexte, qui était pour certains le seul monde scolaire connu et pour d’autres un changement, voire un bouleversement comparé à l’école d’asile ou l’école primaire française ? En outre, comment se traduisirent la relation d’autorité maître-élève et les relations entre élèves ?
Les sources principales mobilisées dans le cadre de ce mémoire sont une vingtaine d’entretiens semi-dirigés de témoins ayant fréquenté l’école primaire dans cette période. Au moment des faits, ces derniers avaient entre six et quatorze ans, vivaient dans des familles catholiques paysannes ou ouvrières, habitant près de Strasbourg ou à la campagne. Dans cette démarche, les sources sont indirectes : des regards d’adultes sur leur enfance. Le choix de l’entretien comme source historique a paru judicieux pour étudier, dans le sillage des micro-historiens et des historiens du quotidien, les pratiques des acteurs, c’est-à-dire « ce qu’ils font, et comment ils font ce qu’ils font ». Ces sources orales – elles ne sont pas les seules – permettent d’avoir accès aux corps, aux émotions, aux sentiments, aux pensées (désirs, rêves, peurs, souhaits, douleurs…). Gardons à l’esprit que cela se fait à travers le prisme de la mémoire.

Archives municipales de Haguenau. Der Chef der Zivilverwaltung im Elsass. Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung. Die Schulhäuser im Elsass. Die Anlagen nach ihrer bäulichen, verkehrstechnichen u. hygienischen Untersuchung. Dalhunden, 1942.

Partant de ces fragments de mémoire individuelle, une des visées de ce travail est une ethnographie historique des élèves alsaciens, en analysant les formes et stratégies des acteurs, notamment dans les attitudes de collaboration et résistance, mais pas seulement. Dans une démarche d’élargissement des termes de ce questionnement, il peut aussi être entre autres question d’accommodement, de fuite, de connivence, de « non-consentement » ou « d’opposition passive » (P. Laborie). Une question importante qui découle de cette démarche est de savoir quels termes peuvent être appliqués à des enfants. De plus, quelle influence la guerre a-t-elle sur le développement et l’instauration de ces comportements ?
Ces sources orales, si elles sont croisées de manière appropriée avec des sources écrites, révèlent des détails, des informations contradictoires, inconnues, surprenantes ou à première vue banales, ce qui fait leur intérêt, car elles permettent de jeter un regard nouveau sur cet objet d’étude.

Archives municipales de Mulhouse, 2 Fi 8209.

Résumé allemand:

„Ich weiß nicht genau, was ich Ihnen erzählen könnte.“ Während der Interviews, die im Rahmen dieser Masterarbeitsprojekt durchgeführt worden sind, habe ich diesen Satz sehr oft gehört. Doch tatsächlich haben die Zeitzeugen, die GrundschülerInnen im besetzten Elsass zwischen 1940 und 1945 waren, oft viel über diese für sie so prägende Zeit zu erzählen. Der Doppelkontext aus Besatzung (mit der Germanisierungs- und Nazifizierungspolitik) und Krieg hatte einen beträchtlichen Einfluss darauf, wie die SchülerInnen diese Schuljahre erlebt haben. Seitdem das Kind (auch als Schüler) zum Gegenstand der Geschichtsforschung wurde, wurde es oft in einer passiven Rolle gesehen. Meiner Meinung nach sollte es als eigenständiger historischer Akteur mit eigener Agency betrachtet werden. Wie hat dieser spezifische Kontext das Verhalten und die Handlungsmöglichkeiten der Kinder beeinflusst? Um die Schüler untersuchen zu können, werden aus einer mikro- und alltagsgeschichtlichen Perspektive heraus Interviews mit Zeitzeugen als Hauptquellen herangezogen. Im Vergleich zu den bekannten schriftlichen Quellen liefern diese individuellen mündlichen Erinnerungsfragmenten zahlreiche neue Details. Somit ist eine gänzlich neue Sicht auf den Alltag von Kindern im Elsass während der Besatzung und des Krieges möglich.

Literatur (Auswahl):

DESCAMPS, Florence: L’historien, l‘archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation. Paris: Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011.
LABORIE, Pierre / MARCOT, François (Hrsg.) : Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande : historiographie, normes et primes (1940-1945). Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2015.
LABORIE, Pierre / SAINCLIVIER, Jacqueline / GUILLON, Jean-Marie (Hrsg.): Images des comportements sous l’Occupation : mémoires, transmission et idées reçues. Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2016.
LÜDTKE, Alf (Hrsg.): Everyday life in mass dictatorship. Collusion and evasion. Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2016.

 

Salomé Troestler est étudiante en deuxième année au sein du master franco-allemand en histoire de l’EHESS et de l’Université de Heidelberg. Elle a auparavant étudié à l’Université de Strasbourg ainsi qu’à celles de Bamberg et Bâle.

Salomé Troestler ist im zweiten Jahr ihres deutsch-französischen Masterstudiums in Geschichte (EHESS/Universität Heidelberg). Sie hat davor an den Universitäten Straßburg, Bamberg und Basel studiert.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.