Lorsque les „homosexuels“ du Rhin supérieur se jouaient des frontières (1871-1945)

Carte du „Reichsgau Oberrhein“

Frédéric Stroh

La sexualité, c’est-à-dire non seulement les actes sexuels, mais aussi l’ensemble des pratiques, des discours et des représentations qui leur sont liées, constitue un pan de la vie quotidienne qui mérite assurément l’attention des historien(ne)s. Loin d’être une pure donnée biologique immuable, elle est bien en partie une construction sociale façonnée par des cadres historico-culturelles. L’homosexualité masculine dans la région du Rhin supérieur offre en cela une étude de cas remarquable.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’Allemagne et la France opposent en effet deux modèles culturels de l’homosexualité masculine. Sur le plan pénal, le droit allemand la pénalise avec une intensité qui redouble sous le national-socialisme, tandis que le droit français reste indifférent en la matière de la Révolution française jusqu’à 1942. Cette divergence législative est en partie responsable d’une différence de configuration de la scène homosexuelle : elle se fait dense, nationale et militante du côté allemand sous le Kaiserreich et la République de Weimar avec de nombreuses revues et associations qui militent pour la dépénalisation et diffusent une variété de modèles de vie homosexuels positifs, mais qui finissent par être détruites sous le national-socialisme ; en France, elle se concentre à l’inverse sur Paris et quelques ports, et se limite généralement à des lieux de consommation et de rencontres sexuelles avec une quasi absence de mouvements militants et de revues. À la structuration des « homosexuels » allemands s’opposent ainsi l’individualisme des « homosexuels » français. Or le Rhin supérieur se situe à la contiguïté, et plus encore à l’interface de ces deux modèles avec une frontière largement ouverte et parfois mouvante entre l’Allemagne et la France. La position transfrontalière des « homosexuels » de cette région a ainsi en partie influencé leurs pratiques et représentations de soi sexuelles au point d’y faire émerger des identités homosexuelles régionales singulières.

Une frontière alsaco-badoise poreuse à la répression anti-homosexuelle allemande

Alors que la frontière alsaco-badoise se fait au XIXe siècle poreuse au libéralisme politique français au point que le pays de Bade gagne le titre d’« État modèle du libéralisme » au sein de la Confédération germanique, le Grand-Duché rejette alors toute influence française sur sa législation des mœurs et en vient même à édifier une des législations anti-homosexuelles les plus répressives de l’espace germanique. À l’inverse, la législation anti-homosexuelle allemande franchit par deux fois le Rhin à la faveur des annexions de l’Alsace. Dès octobre 1871, le paragraphe 175 du code pénal du Reich sur la « débauche contre nature » est introduit dans le Reichsland d’Alsace-Lorraine, soit trois mois avant même son introduction dans le reste de l’empire, et il y reste en vigueur jusqu’au retour de l’Alsace à la France à l’issue de la Première Guerre mondiale. Après l’intermittence de dépénalisation de l’homosexualité au cours de l’entre-deux-guerres, la législation anti-homosexuelle allemande, entre-temps considérablement renforcée par le régime national-socialiste, y est à nouveau introduit au cours de l’annexion de fait de 1940, mais de manière progressive. Jusqu’en janvier 1941, la législation française est maintenue, sans que cela n’empêche toutefois une répression policière et administrative de s’exercer sous la forme d’expulsions en « France de l’Intérieur » et de détentions au camp de Schirmeck-Vorbruck. Puis, de janvier 1941 à février 1942, les codes pénaux français et allemand coexistent, mais le procureur allemand de Strasbourg, seul habilité à recourir au droit allemand, utilise encore peu la possibilité qui lui est donnée de poursuivre des Alsaciens ayant des pratiques homosexuelles. Enfin, de février 1942 à la Libération, seul le code pénal allemand est en vigueur et la répression judiciaire s’abat alors sur les « homosexuels » alsaciens, surtout dans les milieux populaires des grandes villes. Les peines s’y avèrent même plus lourdes que celles généralement rendues outre-Rhin, car les juges, allemands comme alsaciens, refusent souvent de reconnaître des circonstances atténuantes aux inculpés, que ce soit par idéologie en faveur de la politique de germanisation ou par simple inexpérience dans le maniement de la législation allemande.

Eugène Wilhelm, un Alsacien médiateur culturel des savoirs homosexuels entre Allemagne et France

La frontière est également poreuse aux savoirs homosexuels qui se sont développés de manière originale dans l’Allemagne du Kaiserreich et de la République de Weimar, mais aussi à quelques transferts venus de France. L’alsacien Eugène Wilhelm (1866-1951), engagé dès la fin du XIXe siècle au côté de Magnus Hirschfeld au sein du Wissenschaftlich-humanitäres Komitee et du Jahrbuch für sexuelle Zwischenstufe, fait ainsi figure de véritable médiateur culturel entre l’Allemagne et la France au moment même où le thème de l’homosexualité est justement la proie des tensions nationalistes. Fort de sa position intermédiaire d’Alsacien, il tente de convaincre les Français, qui considèrent alors l’homosexualité comme étant spécifiquement un « vice allemand », qu’elle serait en réalité répartie également entre les deux pays, tandis qu’il s’évertue du côté allemand à démontrer à grand renfort d’exemples français les mérites d’une dépénalisation de l’homosexualité, notamment en ce qu’elle en encouragerait l’invisibilisation. Il contribue également à la diffusion en France de la sexologie allemande et à la légitimation scientifique de l’homosexualité comme objet de recherche en publiant des comptes rendus d’ouvrages allemands dans des revues françaises. Après le retour de l’Alsace à la France, il contribue à l’éphémère tentative française de création d’une revue homosexuelle sur le modèle allemand en publiant dans Inversions.

Les circulations transfrontalières des „homosexuels“ badois et alsaciens

Durant l’entre-deux-guerres, les « homosexuels » du Rhin supérieur sont divisés entre deux contextes législatifs. En Bade, ils continuent d’être réprimés au titre du paragraphe 175 sous la République de Weimar, et le sont plus encore suite aux réformes législatives des nationaux-socialistes. Environ 1680 hommes y ont ainsi été condamnés pour homosexualité entre 1933 et 1945, sans compter ceux déportés en camps de concentration. En Alsace, à l’inverse, ils ne sont plus directement réprimés, même s’ils peuvent faire l’objet de surveillances policières et de poursuites judiciaires au nom de l’ordre et de la pudeur publics. Or, il s’avère que les « homosexuels » badois ne se rendent pas en Alsace pour contourner la répression, alors que les « homosexuels » alsaciens, qui ne disposent que d’une « scène homosexuelle » relativement ténue, franchissent facilement le Rhin pour nouer des relations sociales ou sexuelles avec des Allemands, ou, à l’instar des Badois, se rendent en Suisse, au risque de s’y voir parfois condamnés. Le jeu de frontière des « homosexuels » badois et alsaciens durant l’entre-deux-guerres, qui peut sembler a priori irrationnel, montre qu’ils ne raisonnent pas tant en termes de contextes législatifs et de risques judiciaires qu’en fonction de la configuration régionale des lieux de sociabilité homosexuelle. Leur stratégie vise davantage à maximiser les opportunités de rencontre qu’à se prémunir de la répression anti-homosexuelle. En revanche, au cours de la Seconde Guerre mondiale, les relations sexuelles entre Badois et Alsaciens se font de part et d’autre du Rhin plus nombreuses du fait du brassage des populations, de la désorganisation des structures familiales et de l’introduction en Alsace d’organisations (para)militaires exclusivement masculines. Ainsi, si l’annexion national-socialiste de l’Alsace y entraîne le transfert des pratiques répressives allemandes, elle offre aussi aux « homosexuels » alsaciens de nouvelles opportunités de rencontre.

Si les « homosexuels » alsaciens ont pâti de la porosité intermittente de la frontière alsaco-badoise à la répression allemande, certains ont donc également su jouer de leur position transfrontalière à leur bénéfice et se sont plus ou moins acculturés aux pratiques et représentations allemandes de l’homosexualité au point parfois, comme dans le cas ultime d’Eugène Wilhelm, de faire figure en la matière de médiateur culturel entre l’Allemagne et la France.

Bibliographie sélective

Kevin Dubout, Der Richter und sein Tagebuch – Eugen Wilhelm als Elsässer und homosexueller Aktivist im Deutschen Kaiserreich, Frankurt a.M., Campus, 2018.

Kevin Dubout, « Entre „vice allemand“ et „décadence française“ : l’Alsacien Eugène Wilhelm (1866-1951), militant homosexuel et passeur culturel à la Belle Époque », in : Arnaud Boulligny (éd.), Les homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort – Histoire et mémoire d’une répression, Paris, Tirésias, 2018, p. 37-59.

Régis Schlagdenhauffen, « Retour sur une controverse franco-allemande : l’Affaire Paris-Berlin (1904-1914) », in : Pilar González Bernaldo, Liliane Hilaire-Peréz (éd.), Les savoirs-mondes – Mobilités et circulation des savoirs depuis le Moyen Âge, Rennes, PUR, 2015, p. 109-118.

Frédéric Stroh, Justice et homosexualité sous le national-socialisme : étude comparée du pays de Bade et de l’Alsace, thèse d’histoire soutenue le 26 octobre 2018 à l’Université de Strasbourg.

Frédéric Stroh, « La répression judiciaire de l’homosexualité en Alsace et Moselle annexées (1940-1945 », in : Arnaud Boulligny (éd.), Les homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort – Histoire et mémoire d’une répression, Paris, Tirésias, 2018, p. 119-132.

Frédéric Stroh, « Être homosexuel en Alsace et Moselle annexées de fait, 1940-1945 », in : Régis Schlagdenhauffen (éd.), Homosexuel.le.s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Nouveau Monde éditions, 2017, p. 85-104.

Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris. 1919-1939, Paris, Seuil, 2000.

Sources principales

Archives Départementales du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

Generallandesarchiv Karlsruhe, Staatsarchiv Freiburg-im-Breisgau.

Reichsgesetzblatt (1871-1944), Verordnungsblatt für Elsaß (1940-1944).

Aimé Spitz, « Rétrospective de l’homophile avant et durant la guerre de 1939 à 1945 », in : David & Jonathan, 30, 1980-1981, p. 4-5.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.