L’érosion des „Imagined Communities“ lors des évacuations de 1939/40 en France et en Allemagne

Maude Williams

Landesarchiv Saarbrücken, NL Seguy, 032.

Alors même qu’en septembre 1939 la France et la Grande-Bretagne s’apprêtent à déclarer la guerre à l’Allemagne, plus d’un million de personnes sont évacuées de la région frontalière franco-allemande à partir du 1er septembre 1939. Les Alsaciens et Mosellans habitant devant la ligne Maginot sont majoritairement transportés vers les régions du Sud-Ouest de la France. Du côté allemand, les Sarrois et Badois habitants devant la Ligne Siegfried sont évacués vers le Nord-Est de l’Allemagne. À la charnière entre mesure de coercition et de protection, ces évacuations ont pour but de laisser le champ libre aux militaires dans la zone frontière, et de protéger la population des attaques aériennes et terrestres qui pourraient la menacer. Elles sont temporaires, ordonnées et encadrées par les autorités aussi bien civiles que militaires et concernent une population en mouvement dans son propre pays. Comme tout mouvement de population, les évacuations de septembre 1939 engendrent une désorganisation et une rupture, à plusieurs niveaux, dans la vie quotidienne des personnes concernées. Au dépaysement culturel, s’ajoutent des problèmes d’insertion professionnelle, d’hébergement, d’alimentation mais également de communication, influençant fortement le moral de la population évacuée.

Les premières évacuations françaises entrent en vigueur avec la mobilisation générale du 1 septembre 1939. En Allemagne, après des ordres contradictoires d’Hitler, les premiers départs officiels ont lieu le 3 septembre 1939. Lors des différentes étapes du voyage, qui se fait majoritairement en train, les évacués reçoivent des soins, des ravitaillements en nourriture fournis, en France, par la Croix Rouge et en Allemagne par l’association caritative nationale-socialiste, la Nationalsozialistische Volkswohlfahrt (NSV). Pendant ce trajet ponctué de plusieurs haltes et de nombreuses heures d’attente, les évacués sont dépourvus de toute sphère privée dans les wagons à bestiaux et s’épuisent rapidement. C’est également pendant le départ et au cours du trajet que les familles, les amis se séparent et se perdent de vue. Tous les évacués sont à ce moment coupés de leurs réseaux d’informations habituels et ne possèdent que très peu d’indications sur la suite de leur voyage, sur sa durée et sa destination. Ils sont très affectés et éprouvés par ce voyage, comme le reflète la majorité des témoignages sur cette période.

Arrivés dans les zones d’accueil, les évacués sont répartis dans différents lieux d’hébergement : chez des particuliers, dans des habitations réquisitionnées ou bien encore dans des lieux publics lorsque les évacués sont trop nombreux. Il leur manque cependant le nécessaire pour cuisiner, dormir et se vêtir. Au fils des mois, l’État, les associations caritatives, les églises organiseront des récoltes de dons pour palier à ces problèmes. Parallèlement aux difficultés matérielles, les différences culturelles entre la population d’accueil et la population évacuée apparaissent. Pour les Alsaciens et les Lorrains, le choc culturel dans le Sud-Ouest n’est pas négligeable. Les plus âgés d’entre eux ne parlent que l’allemand ou un dialecte germanique (alsacien ou francisque). Cette barrière linguistique représente un problème majeur dans la communication et la bonne entente entre les évacués et leurs hôtes. Aux oreilles de ceux-ci, les dialectes alsacien et lorrain sonnent comme la langue allemande, celle de l’ennemi, rendant ainsi suspects tout évacué parlant le dialecte. Ils sont alors insultés de « Boches » sur les marchés et dénoncé comme anti-français et défaitistes. Du côté allemand, la situation est similaire, bien que plus modérée. Les Sarrois sont appelés « têtes de Français » (Franzosenkopf), « Français de la Sarre » (Saarfranzosen) du fait du rattachement tardif de la Sarre au « Reich » en 1935. La culture religieuse joue également un rôle dans ces différences culturelles et cette incompréhension entre les deux populations, aussi bien en France qu’en Allemagne. En France, la population évacuée est majoritairement composée de protestants et de catholiques pratiquants, tandis que la population du Sud-Ouest est majoritairement athée voire anticléricale. En Allemagne, l’évacuation a mélangé les communautés religieuses qui étaient séparées. Des Sarrois, fortement catholiques, sont logés chez des habitants protestants et inversement, ce qui engendre quelques frictions. Dans les deux pays, on leur reproche souvent de ne pas travailler, de se complaire à toucher les aides de l’état et d’être responsable de la montée des prix sur les marchés.

À ce contexte difficile pour les évacués s’ajoute la coupure de tous leurs moyens de communication habituels. L’éloignement forcé de leur région les sépare à la fois de tous leurs médias régionaux (radio, journaux) et aussi de leurs proches restés dans la zone non évacuée ou évacués vers une autre destination. Ne disposant pas immédiatement d’une nouvelle adresse, ils ne reçoivent plus de nouvelles ni de leurs familles, de leurs amis et anciens voisins, ni des hommes stationnés au front. Ce manque d’information déclenche chez eux une peur et incertitude constante. Les évacués sont notamment inquiets du sort de leur maison, de leur appartement ou de leurs terrains abandonnés. Pour combler ce manque d’information, naissent alors des rumeurs qui se répandent rapidement dans les réseaux des évacués. Aussi bien en France qu’en Allemagne on voit se multiplier les rumeurs, notamment de pillage des zones évacuées, qui ternissent le moral des évacués, sans que l’État ne puisse remédier à cette situation. En France, celui-ci tente de prodiguer aux évacués des sources d’informations via des émissions radiophoniques en dialecte ou des journaux spécifiques, mais les réseaux d’information informels prennent le dessus sur les informations officielles. En Allemagne, les évacués n’obtiennent des autorités que de vagues promesses que tout est intact, mais entendent dire le contraire par leurs amis évacués qu’ils sont plus enclins à croire. Lors de l’évacuation se resserrent ainsi les liens entre les évacués. Ceux-ci, partageant les mêmes inquiétudes, vivant dans des régions inconnues, se rattachent à leur communauté d’origine, également marquée par la communauté religieuse. Rassemblés autour de mêmes émotions (peur, anxiété, tristesse, mais aussi partageant leurs joies), ils constituent alors une « emotional community » à part entière qui questionne les constructions nationales telles la « Volksgemeinschaft » et l’« union nationale » ; ces « imagined communities » mises en avant par les États afin de renforcer la cohésion du pays et mobiliser leur population pour l’effort de guerre.  

Touchés par l’évacuation de la région frontalière franco-allemande les évacués allemands et français subissent les conséquences directes de la mobilisation, en même temps que les soldats envoyés au front. Leur vie est chamboulée, ils doivent apprendre à s’adapter à leur nouvel environnement, parfois hostile. Leurs moyens de communication et leurs sources d’information disparaissent ne se reconstruisent que partiellement en France et pratiquement pas en Allemagne. C’est ainsi que les canaux d’information officieux et notamment les rumeurs prennent de l’ampleur. Bien que les deux États essayent de les endiguer, elles continuent à circuler dans les cercles des évacués nuisant à leur moral et renforçant le climat de méfiance vis-à-vis des autorités. La communauté formée par l’évacuation vient alors s’opposer aux « imagined communities » promulguées par les deux états belligérants.  

Littérature :

Anderson, Benedict. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. Verso, 1991.

Boswell, Laird. „Fissures dans la nation française : les réfugiés Alsaciens et Lorrains en 1939 – 1940“. In : Max Lagarrigue (dir.), 1940. La France du repli, l’Europe de la défaite, pp. 197–208. Toulouse: Privat, 2001.

Forcade, Olivier, Mathieu Dubois, Johannes Grossmann, Fabian Lemmes, und Rainer Hudemann. Exils intérieurs : Les évacuations à la frontière franco-allemande. Paris: PU Paris-Sorbonne, 2017.

Groh, Maria: « Der Herrgott war noch unser einziger Trost. Aus dem Tagebuch von Maria Groh », in : Ommersheimer Dorfchronik, Zeitzeugen Zweiter Weltkrieg, Bd. 2., Mandelbachtal (Arbeitskreis Dorfgeschichte), 2009, pp. 50-97.

Lemmes, Fabian, Johannes Großmann, Nicholas Williams, Olivier Forcade, und Rainer Hudemann. Evakuierungen im Europa der Weltkriege – Les évacuations dans l‘Europe des guerres mondiales – Evacuations in World War Europe. T.1. Berlin: Metropol-Verlag, 2014.

Williams, Nicholas. An „Evil Year in Exile“.The Evacuation of the Franco-German Border Areas in 1939 under Democratic and Totalitarian Conditions. T.2. Berlin: Metropol, 2018.

Williams, Maude. „La communauté catholique d’Alsace-Lorraine face aux évacuations (septembre 1939 – juin 1940)“. Annales de l’Est 2 (2014), pp. 203–224.

Williams, Maude. ‘Ihre Häuser sind gut bewacht’ Kriegskommunikation und Evakuierung in Deutschland und Frankreich 1939/40, T.3. Berlin: Metropol (à paraître).

Sources (sélection) :

Collection EDEFFA (Universität des Saarlandes)

Archives Départementales Vienne, 101 W 6

Archives Départementales Bas-Rhin, 98 AL 283

Archives Nationales, Paris, Fond Moscou, 20010216/279

Thüringisches Hauptstaatsarchiv Weimar, W 15

Landeshauptarchiv Saarbrücken, LRA IGB 54

Landeshauptarchiv Speyer, T65, Z3422

NSZ-Rheinfront

Reichsgesetzblatt


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.